Accueil > Vivre sur une péniche : Port de l’Arsenal ou berges de Seine ?

Vivre sur une péniche : Port de l’Arsenal ou berges de Seine ?

A Paris, la plupart des péniches sont amarrées sur les berges de Seine, souvent regroupées dans une zone dénommée Port de Grenelle par exemple.
Il existe une dizaine de Ports dans Paris intra-muros qui comptent moins de 200 privilégiés.
Le port le plus important est celui des Champs Elysées qui s’étend du pont Alexandre III au musée d’Orsay, en rive droite, et qui compte 70 bateaux.
Dans beaucoup de ports, les péniches sont à couple, c’est à dire que celle qui est amarrée côté Seine dispose d’un droit de passage sur la première.
En échange, la redevance d’amarrage comprend un abattement pour « bateau à couple ».

Ce qui détermine la possibilité d’amarrer plusieurs bateaux ensemble, c’est le chenal de navigation qui est représenté sur les cartes par un pointillé.
Il faut également savoir que les péniches amarrées à couple peuvent permuter selon une fréquence libre et la bonne entente des occupants. C’est là une tradition, notamment au port des Champs Elysées.
Le stationnement des péniches sur les berges est strictement réglementé. Il faut disposer d’une Convention d’Occupation Temporaire délivrée par le gestionnaire du port où est située la péniche pour pouvoir y résider.

Le port de l’Arsenal, situé au pied de la Bastille, sépare le 4ème et le 12ème arrondissement.
Ici, tout est différent.

Tout d’abord il s’agit d’un port fermé, donc d’un bassin auquel on accède par une écluse.
A l’autre extrémité débute le canal Saint Martin par la voute Richard Lenoir qui est un tunnel de 1 500 mètres de long. (ne pas oublier de s’équiper d’un projecteur puissant quand on le traverse car les puits de lumière sont assez discrets et on a tôt fait de heurter l’emmarchement du quai !)

Ensuite, ce port fermé accueille des bateaux d’une longueur maximale de 25 mètres et la plupart ne dépassent pas 20 mètres. Mais il y a aussi des hors-bords.

Le point le plus important est sans doute la philosophie de ce port dont la gestion a été déléguée à une société privée.
La volonté est de favoriser les escales. En effet, il n’existe aucun autre port qui permette aux croisiéristes fluviaux de s’arrêter à Paris !
En conséquence, seulement la moitié des bateaux sont occupés par des résidents permanents à qui le règlement du Port impose une domiciliation ailleurs, mais qui bénéficient d’une convention d’amarrage annuelle.
Les autres disposent d’une convention d’amarrage temporaire, valable de septembre à mai ; toujours dans le but de favoriser le mouvement et libérer des places à la belle saison.
Le système est d’ailleurs très incitatif pour des derniers.
Car si les premiers paient une redevance mensuelle linéaire, ce n’est pas le cas pour les conventions temporaires dont le prix est très élevé, voir dissuasif des mois de juin à août.

Il faut également savoir que le coût du stationnement au Port de l’Arsenal est, à longueur égale, environ 2 fois plus élevé que sur les berges de Seine.
Ce qui est justifié par les services, tels que le gardiennage, les sanitaires équipés de lave-linge et de sèche-linge, la capitainerie qui apporte de nombreux services ainsi que celui de l’écluse qui permet de rejoindre la Seine.

Enfin, le dernier point, et non le moindre concerne le style de vie au Port de l’Arsenal.
Il y a les inconditionnels et ceux qui n’iraient pour rien au monde.
Car il faut être très sociable pour vivre dans ce village où les bateaux, s’ils ne sont pas à couple, sont perpendiculaires au quai et donc très proches les uns des autres.
En contrepartie, il existe une vrai vie commune avec un Yacht Club qui organise chaque premier jeudi le barbecue du Port de l’Arsenal.
On se rend service et si on oublie de fermer à clef sa porte en partant, ce n’est pas grave.
Il y a toujours un voisin pour veiller sur votre bateau.
Et parmi les arguments majeurs pour beaucoup, le plan d’eau est calme contrairement à la Seine.

Pour terminer, zoom sur le stationnement au Port de l’Arsenal :
Pour les voitures, il n’existe pas de possibilité de stationnement sauf le parking Vinci situé à proximité immédiate côté 12ème arrondissement. En revanche, il est autorisé de stationner le temps de décharger. A noter cependant que l’accès voiture n’est pas possible côté 4ème arrondissement.
Et les bateaux ?
Afin de favoriser les escales, les bateaux titulaires d’une convention d’amarrage annuelle doivent quitter le port au moins 21 jours par an dont 7 jours consécutifs entre le 1er juin et le 30 septembre. Pour les bateaux de moins de 8 mètres, 30 jours se sortie sont obligatoires.
Comment amarrer son bateau au Port de l’Arsenal ?
Il faut tout d’abord s’inscrire sur la liste d’attente dans la catégorie correspondant à la taille de votre bateau.
Puis, si vous êtes accepté, vous bénéficierez d’une convention mensuelle établie pour les mois de septembre à mai.
Vous pourrez être en liste d’attente pour une convention annuelle dont le principal avantage réside dans un tarif mensuel identique quelque soit le mois de l’année.
Pour franchir cette étape, il existe plusieurs critères dont l’un des principaux est la présence d’une cuve à eau noire dans le bateau. Sans cela, peu de chances d’aboutir.
Selon la catégorie de votre bateau caractérisée par sa longueur et sa largeur, et les mouvements dans cette catégorie, il vous faudra entre 1 et 5 années pour obtenir une convention pérenne.