Accueil > NOUVEAU MONOCOQUE IMOCA DE ARMEL LE CLEAC’H POUR LE VENDEE GLOBE (...)

NOUVEAU MONOCOQUE IMOCA DE ARMEL LE CLEAC’H POUR LE VENDEE GLOBE 2016

Après l’aventure de notre société Eau et Patrimoine dans la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2014, en sponsorisant Juliette Pétrês, nous nous intéressons naturellement à la prochaine grande course au large : le Vendée Globe dont le départ sera donné au mois de novembre 2016 !

Jeudi 15 janvier, au restaurant Les Voiles, nous étions invité à découvrir en avant première le monocoque IMOCA de 60 pieds en cours de construction : BANQUE POPULAIRE VIII, en présence de son skipper Armel le CLéac’h et de Vincent Lauriot-Prévost, architecte.

Le Vendée Globe en 2 mots :

Le Vendée Globe est la course au large en solitaire la plus difficile et la plus longue au monde : Départ des Sables d’Olonne en novembre 2016 pour un tour du monde en solitaire et sans escales par les 3 caps. 18 bateaux seraient inscrits pour la prochaine édition ; 25 environ sont attendus.

Banque Populaire VIII :

Immédiatement après l’arrivée du Vendée Globe édition 2012, la décision est prise par le team Banque Populaire et le skipper de construire un nouveau bateau.

La nouvelle jauge est annoncée en décembre 2013. On se met immédiatement au travail en commençant par les études avec l’architecte Vincent Lauriot-Prévost, leader incontesté dans la conception de bateaux de course au large. (7 nouveaux bateaux seront construits pour ce Vendée Globe, tous par VPLP Verdier !)

La nouvelle jauge impose des règles sur le mât et la quille afin de renforcer la sécurité des bateaux.

La grande novation concerne ces appendices latéraux :

« La grande innovation est l’arrivée de ces plans porteurs », poursuit Armel. « Les architectes nous ont proposé ces plans issus de leur expérience de la Coupe de l’America et de l’évolution de la voile en général, où les foils apparaissent partout. L’idée était d’utiliser ces nouvelles technologies pour soulager la coque à certaines vitesses, soulager et accélérer. »

« Quand on bascule la quille au vent, le voile de quille génère la portance du bateau, et pour contrecarrer la gîte, on fait intervenir des foils qui compensent la perte de puissance. On rétablit la puissance en générant de la poussée verticale. Le bateau fonctionne ainsi sur un mode plus aérien que les générations précédentes. Cela devra correspondre à des forces et angles de vent précis, que l’on rencontre assez souvent sur un Vendée Globe, et le résultat est un gain conséquent de vitesse de plusieurs nœuds. Le bateau ne sera pas plus puissant mais il naviguera de manière plus légère, avec moins de surface mouillée car sustentée par ces fameux appendices », poursuit Vincent Lauriot-Prévost.

Voici résumé l’évolution technologique qui devrait apporter en moyenne 2 noeuds de vitesse supplémentaires et réduire le temps de parcours de 2 jours environ selon les simulations effectuées sur la base du Vendée Globe 2012.

S’agissant d’un bateau neuf, d’autres points font bien sûr l’objet d’améliorations, telles que le pont, le cockpit, l’électronique…

Pour en savoir plus : http://www.voile.banquepopulaire.fr/espace-presse/